André Gouzes fait chanter les vieilles pierres

"Sylvanès n'est pas une idée, mais un lieu", explique le père dominicain André Gouzes, manifestement amoureux de ce lieu où il a mis le meilleur de lui-même. André Gouzes est plus connu qu'il n'y paraît. Dans beaucoup de paroisses, le dimanche, ses chants sont au répertoire. On les reconnaît aisément à leur tonalité byzantine. Rencontre avec un homme dont la parole est souffle, et la liturgie bien incarnée.

Quand le père Gouzes se met à parler, à dire ce qui le fait vivre, notamment à propos de la liturgie tout devient expression: sa parole, son regard, ses gestes. Les mots se succèdent et s’entrechoquent pour dire la passion du Dieu de Jésus Christ, passion qui affecte tout son corps. Et pour se rendre compte que ce ne sont pas des mots, il faut le voir célébrer et chanter. C'est encore la même passion qui s’exprime. Et la grande abbatiale toute dépouillée de l'ancienne abbaye cistercienne retentit de sa voix puissante, car la foi prend tout l'homme et emplit l’espace.

"Sylvanès est né du désir que j’ai fait de me poser dans ce lieu abandonné par l'histoire, où il ne restait qu‘un peu de pratique paroissiale. Je suis venu avec un groupe de jeunes qui chantaient avec moi à Toulouse. Nous avons passé un premier été sous la tente. Avec ces jeunes, nous avons nettoyé les lieux, chanté... Nous menions une vie de «bohème françoisienne» pour ne pas dire franciscaine. Après mon ordination comme prêtre, je suis resté un an là, tout seul, à travailler, chanter et prier, à m’occuper des gens. Je suis un fils de ce pays que je connais par sa beauté désolée. Enfant, je venais à Sylvanès en promenade avec mes parents."

"Dieu est bon pour moi. Si je n’avais pas trouvé ce lieu de liberté créatrice..." Et effectivement, à ce genre de tempérament, il faut ce genre de lieu et, comme si la vieille abbaye de Sylvanès devenait trop étroite, André Gouzes a émigré à 4 km et demi de là, dans Les Granges, un prieuré où il vit, accueille, travaille... Non loin, il a fait venir une église russe, L’église de l’Unité. Ce bâtiment orthodoxe en bois y a été transporté par la SNCF de Kirov (Russie) à Millau.

Source : Charles Delhez, André Gouzes fait chanter les vieilles pierres, Journal Dimanche, n°42, 16/11/2003 

Vous tous qui avez soif -
00:0000:00

Le chant sacré selon André Gouzes
KTO 30-06-2013 - 26 min

Diffusé le 29/04/2012 / Durée : 52 minutes

« La liturgie est le culte public rendu à Dieu par l'assemblée des fidèles unie au Christ mystérieusement présent en son sein », déclare le Concile Vatican II. Que mettre sous cette définition ? La Foi prise au mot vous propose de vous pencher sur l'Esprit de la liturgie pour restituer ce qu'elle contient et enfin dépasser les querelles de rites et de langues. Pour discuter sur ce thème passionnant, Régis Burnet reçoit Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron et membre de la Communauté Saint-Martin qui vient de publier « La Liturgie de l'Esprit » aux éditions Artège et le père André Gouzes, dominicain, compositeur de la Liturgie chorale du peuple de Dieu et Directeur du Centre de formation à la liturgie et au chant sacré de l'Abbaye de Sylvanès dans l'Aveyron, qu'il a restaurée.